Vivre en Thaïlande : wakeboard, boulot, dodo (épisode 13)

Vivre en Thaïlande : wakeboard, boulot, dodo (épisode 13) 50 people like this

Beaucoup d’étrangers font le choix de vivre en Thaïlande, considéré comme le petit eldorado d’Asie du sud-est à bien des niveaux… Difficile de faire davantage dans l’acte, même en ce qui concerne de « simples » vacances ; cet hiver encore, la Thaïlande s’impose comme LA destination où faire le plein de vitamine D, pendant que la France est dans le froid et sous les inondations. Il n’y a qu’à voir, nos fils d’actualité Facebook sont envahis de photos paradisiaques de Krabi, Phuket, Koh Samui ou Koh Phangan.

Nos contacts prennent en revanche bien soin de cacher sur leurs clichés nos compatriotes à la peau très blanche, occupant en masse les sables blancs de ces lieux édéniques.
Moi, j’y suis allée avant la haute saison, après la mousson, à l’époque où l’on prend encore le risque de nager dans les eaux turquoises sous la pluie. C’est d’ailleurs ce qui m’est arrivé à Koh Tao, souvenez-vous… L’avantage étant de croiser un poil moins de touristes qu’en décembre ou en janvier.

Il m’est difficile de résumer ce pays en quelques lignes, tant on y rencontre la diversité et la différence.
J’étais partie avec des réserves, je suis revenue avec les mêmes réserves. J’avais peur de ne rien ressentir et de ne pas savoir quoi raconter, les touristes étant passés par le « pays du sourire » en nombre affolant bien avant moi. J’ai vu des choses incroyables, notamment dans le nord du pays, mais ce passage touristique intense d’année en année laisse incontestablement des traces…
Rencontrer des locaux reste le meilleur moyen de découvrir et de comprendre un pays. Rencontrer des français vivant sur place permet également de mieux cerner comment est la vie en Thaïlande, une fois que l’on sait déjà ce que sont des vacances.

J’ai rencontré Benoit, 27 ans, installé dans la banlieue de Bangkok depuis 1 an. Sa vie, c’est wakeboard, boulot, dodo. Il est parti en Thaïlande pour son travail, occupe son temps libre par sa passion, le wake, quelques sorties dans le centre de la capitale, et des excursions dans le reste du pays. Il apprend le thaï, car pour lui, pas question de passer pour un « étranger qui veut juste profiter de la fête, des filles, sortir bourré dans la rue et croire que tout lui est permis ». Portrait.

Interview : Benoit P.
Musique : St Enemies – Mama Please / St Enemies – Talking to Thee // Site / Facebook / Twitter / Soundcloud
© Aller Voir Ailleurs Si J’y Suis (Anne Sellès)

Par Anne Sellès, le 26 janvier 2014 (mise-à-jour le 22/03/14 et le 30/03/14)

9 Comments to "Vivre en Thaïlande : wakeboard, boulot, dodo (épisode 13)"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *